Une Belle Hélène pour le cru 2011 au festival de Bruniquel

Publié le par Jef

Bruniquel fête son 15e festival. Véritable événement régional, le festival accueille comme chaque année un opéra-bouffe de Jacques Offenbach, des concerts apéritifs à Bruniquel et à Montauban et bien évidemment les "homériques" tables d’hôtes après chaque spectacle. Jean-Christophe Keck, le spécialiste du Maître, nous parle de La Belle Hélène.

Bonjour Jean-Christophe Keck. Vous dirigez La Belle Hélène au festival de Bruniquel.. Historiquement, quelle est l’importance de cet opéra bouffe dans la production d’Offenbach ?

C’est une date clé, puisque c’est le début de cette période bénie appelée l’Offenbachiade et qui durera 5 ans. 1864, c’est autant les Fées du Rhin à Vienne que la Belle Hélène à Paris, deux reflets des multiples facettes du génie poly-formes d’Offenbach.

Quelles nouveautés cette partition a-t-elle apportée à l’époque ?

C’est l’opéra bouffe français type. Opéra par son grand lyrisme, et bouffon par la folie de son livret. La Belle Hélène est une partition remarquable et tout le génie d’Offenbach y transparait, mesure après mesure. J’avoue que j’ai beau chercher dans les contemporains du maître, en ce qui concerne les compositeurs attachés à ce même genre de répertoire, je n’en trouve aucun qui peut l’égaler. Il y a tout dans cette musique. La mélodie, la richesse harmonique, la légèreté de l’orchestration, la puissante dramaturgie. Et surtout le génie !

Quelle est votre distribution ?

Une bonne partie de chanteurs fidèles au festival sont là : Isabelle Fleur, Aude Sardier, Anaïs Constans, Frank Thézan, bien sûr, Philippe Ermelier, Michel Vaissière, Frédéric Mazzota… et puis quelques nouvelles têtes comme Dominique Desmons, excellent Ménélas, Jean-Christophe Fillol et Jean-François Hurier, les deux Ajax, et surtout notre Belle Hélène, Emmanuelle Zoldan qui remplace Maryline Fallot souffrante. Une révélation qui je suis certain, sera très appréciée du public bruniquelais de par la beauté de sa voix, et de par sa beauté tout cours…

Aurons nous droit au Jeu de l’oie, à l’air de Paris du 2e acte et à l’intégralité du duo du rêve ?

Eh non ! Contrairement aux « Offenbachiades du Briançonnais » où je suis maître d’œuvre, je viens à Bruniquel uniquement en tant que chef d’orchestre. Et non pas en tant que musicologue. Même si c’est l’édition Keck qui sert de support. Le patron c’est mon ami Frank Thézan. Je sais que ça lui fait autant de peine que moi d’être obligé de pratiquer des coupures dans la partition, mais les conditions lui imposent de trancher. Le format du spectacle ne peut pas dépasser deux heures. Nous avons donc adopté un format « ORTF » en nous basant sur les aménagements pratiqués dans les anciennes émissions de la troupe lyrique de la radio. Si nous revenons un jour aux œuvres en un acte (pourquoi pas…), le problème ne se posera plus.

Comment se passe votre festival à Bruniquel ?

L’ambiance de répétition est très agréable, détendue mais studieuse. Les nouveaux arrivants se sont très vite intégrés. Il faut dire qu’il est facile de rentrer de plein pied dans un climat aussi chaleureux.
Mais en parlant de chaleur, pour le moment, c’est celle du temps qui fait défaut. Ce qui ne simplifie pas les conditions de travail, puisque nous sommes en extérieur. Croisons les doigts, ou prions (c’est au choix) pour que le beau temps revienne et s’installe, afin que nous soyons « hors d’eau » pour les représentations qui commencent le 28 juillet. Est-ce un signe, mais c’est le jour de mon anniversaire. Or, c’est la première fois que je dirige en scène La Belle Hélène, alors que c’est le tout premier ouvrage d’Offenbach que j’ai découvert à l’âge de quinze ans, et que j’ai tout de suite adoré. Pouvais-je rêver mieux pour un cadeau d’anniversaire
?

Merci Jean-Christophe et à bientôt sur Inf’Opérette.

Distribution

Direction musicale : Jean-Christophe Keck
Mise en scène : Franck T’Hézan

Hélène Emmanuelle Zoldan
Paris Frédéric Mazzotta
Ménélas Dominique Desmons
Agamemnon Frank T'Hézan
Oreste Aude Sardier
Calchas Michel Vaissière
Achile Philippe Ermelier
Ajax I Jean-Christophe Fillol
Ajax II Jean-François Huriet
Leoena Isabelle Fleur
Parthénis Anaïs Constant
Philocome Thibaut T'Hézan

28 juillet au 7 août 2011


Propos recueilli par Jef
Tous droits réservés.
© INF'OPERETTE et L'Opérette c'est la
fête

Commenter cet article