Le gros, la vache et le mainate au théâtre Comédia...entretien avec Bernard Menez

Publié le par Jef

Le gros, la vache et le mainate au théâtre Comédia...entretien avec Bernard Menez

Le théâtre Comédia accueille depuis septembre un véritable phénomène dont la carrière a commencé en province en 2011 et dont le succès se prolonge de ville en ville jusqu’à Paris. Aillant fait un petit tour au Théâtre du Rond-Point, cette opérette barge prend ces quartiers divers sur les grands boulevards. Nous avons rencontré Bernard Menez, bien connu du public d’opérette, qui a fait la mise en scène de ce spectacle.


Bonjour Bernard Menez, vous mettez en scène au théâtre Comédia une opérette barge « le gros, la vache et le mainate ». Que nous raconte cette opérette ?

Au départ, nous avons un homme, Xavier, qui chante sa joie d’attendre un bébé, avec son compagnon, Paul, l’autre Papa.
Arrivent alors deux vieilles tatas irascibles, qui veulent aider pour l’accouchement.
Elles ne servent pas à grand-chose sinon à s’engueuler et dire des horreurs.
De temps en temps, intervient un beau jeune homme, en pompier, postier, ambulancier ou livreur de pizza, un peu exhibitionniste sur les bords.
Le reste n’est pas racontable, sinon qu’une pianiste, un peu déjantée aussi, accompagne les couplets de ces hurlu
berlus…

C’est un sujet d’actualité ? Comment réagissent les spectateurs ?

C’est avant tout très drôle et très provocateur, mais c’est vrai qu’à travers les dialogues des tantes, l’auteur aborde divers thèmes d’actualité, tels la misère, la santé, la mort, le sexe, le chômage, la politique etc…
La grande majorité des spectateurs sont pliés de rire et donc ravis
!


La création a eu lieu en Province et a déjà fait une tournée. Comment est né ce projet ?

L’auteur, Pierre Guillois, m’avait d’abord proposé le rôle d’une tata, mais je ne me voyais en vieille bonne femme pendant tout un spectacle… Et puis, comme il était surchargé de travail, il a eu l’idée de me proposer la mise en scène, en collaboration avec lui.

Avec cette opérette barge, on revient un peu aux origines de l’opérette avec les œuvres d’Offenbach et surtout d’Hervé. Le coté déjantée et un peu frapadingue qui existait dans ces œuvres et que l’on retrouve dans « le gros, la vache et le mainate » heurtait parfois le spectateur. Est-ce toujours le cas ? Comment l’avez-vous mis en scène ?

L’auteur avait déjà une idée du style de spectacle qu’il souhaitait, il a fallu beaucoup de discussions avec lui, et surtout les acteurs, pour s’en sortir…

Opérette barge à la création, l’affiche parle plutôt de comédie barge. Aurait-on peur du mot Opérette en 2012 ?

C’est vrai que le mot « opérette » a été très dévalorisé depuis des années, et ce par des journalistes qui tout en étant invités comme des stars à la télévision ou à la radio, en parlait sans y connaître grand-chose. J’ai joué plusieurs fois dans de très belles productions, des opérettes de Francis Lopez ou des opéras-bouffes de Jacques Offenbach.
Une opérette, bien montée et éventuellement modernisée ou réactualisée, ne devrait rien avoir à envier à une comédie musicale d’aujourd’hui. C’est une simple question de terminologie
.



Vous revenez aussi à vos anciens amours. On vous avait applaudi dans la Route Fleurie et dans La Belle de Cadix à Mogador. Quel regard portez vous sur l’opérette actuellement ?

« La Belle de Cadix », au théâtre Mogador, était un superbe spectacle qui a été ignoré des médias, faute de star « bankable ».
Aujourd’hui, il y a de très belles comédies musicales avec des gros moyens et la télé aussi.
On devrait faire de même avec les plus belles opérettes de notre patrimo
ine…

Merci Bernard Menez et bon vent à votre opérette barge « le gros, la vache et le mainate ».

Le gros, la vache et le mainate au théâtre Comédia...entretien avec Bernard Menez

Distribution

Texte PIERRE GUILLOIS
Musique FRANÇOIS FOUQUÉ
Mise en scène BERNARD MENEZ
Costumes AXEL AUST
Lumières JEAN-YVES COURCOUX
Chorégraphie SOPHIE TELLIER
Chef de chant CÉLINE BOTHOREL

Pierre VIAL
Jean-Paul MUEL
Guillaume BOUCHÈDE
Grégory GERREBOO/ PIERRE GUILLOIS
Simon-Luca OLDANI


Crédit photo: Pacome Poirier

Propos recueillis par Jef
Tous droits réservés.
© INF'OPERETTE et L'Opérette c'es
t la fête

Commenter cet article