Richard Bousquet en 10 questions....Gontran est un jeune amoureux avec cette folie, cette envie qui le transporte et l'amène à faire n'importe quoi et parfois à briser les règles. Je crois que j'ai moi aussi ce petit grain de folie.

Publié le par Jef

Richard Bousquet en 10 questions....Gontran est un jeune amoureux avec cette folie, cette envie qui le transporte et l'amène à faire n'importe quoi et parfois à briser les règles. Je crois que j'ai moi aussi ce petit grain de folie.

Bonjour Richard Bousquet, vous avez été le mois dernier la vedette à Lagny dans La Caravelle d’Or et ce mois ci vous interprétez Ajax dans La Belle Hélène. Comment est né votre passion pour la musique ?

Mes premiers souvenirs remontent au temps où mon père nous faisait écouter de la musique sud-américaine en alternance avec les ouvertures des opéras de Rossini. De la première musique, j'ai gardé une passion pour la guitare et de Rossini, l'intérêt pour la musique classique. Mais cette passion du chant s'est déclarée tardivement, pendant mes études de musicologie.
Et pour tout vous avouer, je me suis endormi lorsque j'ai écouté un opéra la première fois
!!

Et votre formation ? Musicale et théâtrale ?

C'est pendant mes études que j'ai commencé à chanter. La discipline du chant était obligatoire et mes professeurs m'ont incité à persévérer. Je suis rentré au conservatoire de Tours, où j'ai rencontré Jacqueline Bonnardot. J'ai commencé à suivre son enseignement, ses master-class. Puis j'ai rejoint le conservatoire d'Angers, où enseignait Yves Sotin. La passion du chant est née de là. De ces gens qui ont su partager leur enseignement, leur passion.
Ensuite, je me suis installé à Paris et j'allais prendre mes cours au CNR de Paris avec Fusako Kondo ainsi que dans le douzième où enseignait Robert Dumé.
Je n'y suis resté qu'une année car j'ai réussi le concours pour les Jeunes Voix du Rhin. Là, j'ai compris que c'était un métier. C'est une formation extraordinaire et je n'en garde que d'excel-lents souvenirs. De plus, j'ai commencé le théâtre avec des gens fantastiques tels qu'Yves Coudray, Lionel Parlier, Elsa Rookes, Matthew Jocelyn...
Enfin, j'ai passé une année au Cnipal à Marseille et je me suis perfectionné auprès d'Yvonne Minton, Tom Krause et Mady Mesplé. Tout ces gens m'ont apporté beaucoup de bonheur et de disci
pline.

Lyrique à 4 voix avec Emmanuelle Zoldan

Lyrique à 4 voix avec Emmanuelle Zoldan

Quel est exactement votre voix et votre répertoire ?

Disons pour faire simple que je suis un jeune ténor lyrique. Je travaille encore beaucoup et cherche à peaufiner l'homogénéité et la souplesse de ma voix. Les aigus aussi car c'est une exigence. Je suis en perpétuelle recherche ainsi que dans le répertoire. Mon problème est que j'aimerais tout chanter mais ça ne se passe pas comme ça!!

Avez-vous eu des modèles ?

Oui, tout à l'heure j'ai oublié de mentionner Roberto Alagna, que je n'ai jamais rencontré mais qui, à travers ses cd, m'a appris énormément. Alors c'est définitivement mon premier modèle. Après on apprend toujours de quelqu'un. Le meilleur comme le pire.

La Chauve Souris

La Chauve Souris

Vous naviguez entre l’opéra et l’opérette. Entre les deux, votre cœur balance ?

Non, pour moi, c'est toujours un plaisir de faire l'un ou l'autre. Je ne fais aucune différence.

Vous avez chanté Offenbach en Russie. Comment s’est déroulé cette expérience et quel accueil avez-vous eu ?

C'était fantastique. L'orchestre jouait pour la première fois du Offenbach. Vincent Monteil a su les diriger magnifiquement, et leur donner du plaisir. Quant à Isabelle Vernet, elle est extraordinaire et tellement communicative. Les gens ont ri et se sont régalés. Cela restera gravé dans ma mémoire.

En février dernier, vous avez abordé un rôle assez périlleux, voire vocalement fatigant, dans une opérette de Francis Lopez. Comment s’est déroulé cet expérience ?

C'était en effet périlleux. Nous n'avons pas eu le temps de faire un filage et nous ne savions pas exactement dans quels décors, dans quels costumes nous jouerions, alors il y a eu quel-ques surprises, mais le spectacle était au rendez-vous et l'équipe entière était sympa. On travaille dans une excellente ambiance. Richard Finell est un artiste et un metteur en scène hors pair sur qui on peut compter.

La Caravelle d'Or

La Caravelle d'Or

Comment le public vous a-t’il accueilli ?

Le public a adoré. La Caravelle d'Or offre un grand spectacle très complet; danseurs, chanteurs, comédiens, combats... De la joie et de l' émerveillement...des frissons et de l'action. Bref, venez,venez...

A l’Opéra de Metz, scène que vous connaissez bien, vous changez de cap et chantez pour la première fois Gontran de Solanges des Mousquetaires au Couvent. Comment avez vous abordé ce rôle qui est aux antipodes de Don Pedro de Bragance ?

Oui aux antipodes, mais là encore, j'ai été gâté. Déjà, chanter à Metz, c'est se retrouver un peu à la maison, et le plateau était merveilleux(Michel Vaissière, Nicole Fournié, Julie Cherrier, Franck Cassard et tous les autres) ainsi que notre metteur en scène Didier Henry. Gontran est un jeune amoureux avec cette folie, cette envie qui le transporte et l'amène à faire n'importe quoi et parfois à briser les règles. Je crois que j'ai moi aussi ce petit grain de folie. En fait Gontran n'est pas très loin de moi. Don Pedro paraît plus mûr et surtout sûr de lui, alors ça me demande plus de travail!!

Quelles sont vos prochaines prises de rôle, et surtout quel est le rôle que vous souhaitez que l'on vous propose ?

Je pars fin novembre à Strasbourg pour faire Ajax I° dans La Belle Hélène. Je suis vraiment content de faire ce rôle et de retrouver l'Alsace. Ensuite j'ai des reprises de spectacles, notamment La Farce de Maître Pathelin de Rabaud et L'île de Tulipatan d'Offenbach. Ainsi que la création d'un spectacle de Grégory Cauvin sur la musique de Satie.

Je rêve de chanter Alfredo dans La Traviata et pourquoi pas Don José. J'adorerais aussi incarner Piquillo dans La Périchole. Je prendrais beaucoup de plaisir à faire tout ça mais chanter et jouer tout ce qu'on me propose déjà, c'est par
fait!

Merci Richard Bousquet pour ce passionnant entretien.

Les Lundis lyriques de l'Alcazar

Les Lundis lyriques de l'Alcazar

BIOGRAPHIE


1975

Naissance de Richard Bousquet

2003

1er prix de chant au C.N.R. d’Angers.

2007

Clermont-Ferrand
DJAMILEH (Bizet)
D.m. : G. Raynal.

Metz
ARIADNE AUF NAXOS (Strauss)
I. Vernet, I. Philippe, D. Galvez-Valejo, R. Bousquet.
D.m. : J. Mercier.

Metz
LE CAID (Thomas)
N. Gaudefroy, S. Vaysset, R. Bousquet, J.F. Monvoisin.
D.m. : J. Mercier

Nice
BASTIEN ET BASTIENNE (Mozart)
R. Bousquet, E. Zoldan, J. V. Blot.
D.m. : B. Pionnier.

2009

Clermont-Ferrand
LE MEDECIN MALGRE LUI (Gounod)
A. Amati, M. Gautro, P. Villa-Laumagne, R. Bousquet, S. Lemoine.

2010

Mérignac
LA CARAVELLE D’OR (Lopez)
R. Bousquet, S. Lazerges, N. Kuster, J.C. Grégoire.
D.m. : T. Stallano.

Metz
LES MOUSQUETAIRES AU COUVENT (Varney)
J. Cherrier, M. Vaissière, R. Bousquet, F. Cassard, F. T’hézan.

Opéra du Rhin
LA BELLE HELENE (Offenbach)
S. d'Oustrac, S. Droy, S. Cole, R. Schirrer, F. Leguerinel.
D.m. : C. Schnitzler


Propos recueillis par Jef
Tous droits réservés.
© INF'OPERETTE et L'Opérette c'est la fête

Commenter cet article