Le festival Opéra et Château de Crest, un festival qui sent bon les cigales...entretien avec Carole Clin

Publié le par Jef

Le festival Opéra et Château de Crest, un festival qui sent bon les cigales...entretien avec Carole Clin

Le Lyrique pose ses valises dans la Drôme dans la première semaine de juillet. On peut y mêler deux plaisirs : celui d’être dans un endroit unique, historique et celui de déguster des grands moments de musique.

Le festival qui se déroule sur plusieurs endroits (Château de la Tour du Pin, Cour de l’école Anne-Pierjean, Tour de Crest et Temple d’Eurre) commence par un concert d’opéra le 3 juillet où Andreï Chevtchouk, bien connu des amateurs d’opérettes à Lyon, dirige quatre jeunes artistes dans des extraits d’opéras français, italiens et allemands. Il dirige à nouveau le 11 et 13 juillet Lucie de Lamermoor de Donizetti avec Karine Gossart et Bruno Roba.

Après un autre concert d’opéras « dans les quartiers », le festival Opéra et Château propose une nouvelle production d’Hello Dolly, la célèbre comédie musicale de Jerry Herman.

Créée le 15 janvier 1964 au St. James Theatre de Broadway, cette comédie musicale connaît un immense succès et décroche en 1964 dix Tony Awards : "Meilleure comédie musicale", du "Meilleur compositeur et parolier" (Jerry Herman), de la "Meilleure actrice de comédie musicale" (Carol Channing), du "Meilleur décor" (Oliver Smith), des "Meilleurs costumes" (Freddy Wittop), de la "Meilleure chorégraphie" (Gower Champion), de la "Meilleure mise en scène" (Gower Champion), de la "Meilleure direction musicale" (Shepard Coleman), du "Meilleur producteur de comédie musicale" (David Merrick) et du "Meilleur auteur" (Michael Stewart). Hello Dolly se joue sans discontinuité jusqu’en 1970, comptabilisant 2844 représentations. Le cinéma popularise l’œuvre dans le monde entier en 1969 avec le film de Gene Kelly. C’est Barbra Streisand qui reprend le rôle de Dolly. Carol Channing jugée pas assez photogénique est écartée de la distribution par la 20th Century Fox.

En France, il faudra attendre 1972 pour connaître une adaptation française d’abord en province puis à Paris au théâtre Mogador avec Annie Cordy, Jacques Mareuil, Eliane Varon et Jean Pomarez. En 1992, le théâtre du Châtelet fait appel à une production américaine avec en tête d’affiche Nicole Croisille dans le rôle de la célèbre marieuse. De nombreuses productions parcourent la France avec Liliane Montevecchi, Claudine Granger, Alexise Yerna. En 2010, c’est Carole Clin qui reprend le rôle de Dolly.

Le festival Opéra et Château de Crest, un festival qui sent bon les cigales...entretien avec Carole Clin

Bonjour Carole Clin, vous êtes bien connue du public d’opérettes qui a l’habitude de vous voir dans bien des rôles de fantaisistes. Vous abordez pour la première fois Dolly. Aviez-vous déjà joué dans cette comédie musicale ?

Oui, j’ai beaucoup joué Minnie qui est la fantaisiste de ce musical. J’ai eu l’opportunité de le jouer à l’Opéra de Nancy aux côtés de Line May (la créatrice en Français du rôle de Dolly) et de Dominique Tirmont, à l’Opéra de Toulon, de Liège, Reims et de nombreux autres théâtres lyriques Français auprès de Jacqueline Guy, Alexise Yerna… C’est donc une comédie musicale qui m’est très familière et pour laquelle j’ai beaucoup d’affection.

Qui est vraiment Dolly ?

Ah ! Dolly est une marieuse juive New-Yorkaise qui a toute une palette de sentiments.

Elle est volubile, s’occupe de tout, gère tout, jusqu'à tisser un réseau de liens amoureux pour arriver a ses fins : se trouver un seco
nd mari.

Comment allez-vous abordez ce rôle ?

Il faut de la fantaisie pour ce rôle et beaucoup de tendresse.
J’ai eu la chance de voir des Dolly de grand talent et j’espère apporter ma touche personnelle.
C’est à la fois un beau cadeau et un défi à relever d’aborder un rôle aussi complet, je pense que mon expérience de fantaisiste va m’aider, mais c’est avant tout avec beaucoup d’humilité que j’aborde ce superbe rôle de Dolly Gall
agher.

Ce rôle nécessite plus des talents de chanteuse, de meneuse de revue ou de comédienne ?

Il est vrai que Dolly joue sur beaucoup de disciplines… c’est ce qui est justement très intéressant dans ce rôle.
Il faut savoir jouer, chanter, danser, mener le spectacle plein d’entrain… une caractéristique propre aux comédies musical
es.

Après Hello Dolly, quelle est votre actualité ?

Une semaine après je serai au festival de Lamalou ou une belle saison m’attend : Orphée aux en Enfers, Les Mousquetaires au Couvent, Valses de Vienne, Le Prince de Madrid, Les Misérables en version concert, et la mise en scène de Rose de Noel…vous voyez il y a de quoi faire !pas le temps de s’ennuyer !!!

Avant une rentrée où bien des interrogations se pose sur un certain nombre de saisons d’opérettes en France, comment voyez-vous l’avenir de ce genre que nous aimons tant ?

Il est vrai que la situation est préoccupante, car dans de nombreux théâtres lyriques notre patrimoine est peu défendu et de nombreuses opérettes sont supprimées des programmations.

Il demeure encore quelques bastions, mais il est évident que l’avenir sera aux troupes… c’est le sens qu’à déjà pris Frédéric L’Huillier depuis quelques années avec la troupe festival de Lamalou qui reprend les spectacles du festival d’été pendant la saison d’hiver dans les théâtres de province.

Je préfère de toutes façons me dire qu’il faut rester optimiste et volontaire, car le public répond présent et reste demandeur, quoi
qu’on en dise !

Merci beaucoup Carole Clin pour cet entretien et bonne Dolly à Crest.

Distribution



Mise en scène : ANNE VISELE
Direction musicale: ANDREÏ CHEVTCHOUK

Dolly : Carole CLIN
Horace : Arnaud DELMOTTE
Cornelius : Thibaut GORY
Barnaby : Olivier BERNE
Ambrose : Maxime PLANES
Rodolphe : René ZARB
Ermengarde : Aurélie CASTEL
Minnie : Audrey GIRARD
Irene Molloy : Sandy KHEROUB

7 et 9 juillet 2010


Un peu d’histoire sur ce festival



L'Union Symphonique de Crest est fondée en 1919 par Charles Barral et regroupe tous les amateurs de musique classique et lyrique de la région de Crest . En 1925 , Georges Balandreau en devient le Président il en occupera le siège durant près d'un demi siècle .Cette période brillante est marquée par la création de l'orchestre symphonique, du chœur avec le concours d'artistes lyriques régionaux et parfois nationaux ,les ouvrages d'opéras et d'opérettes se succèdent montées avec les moyens locaux et qui seront donnés a Valence , Tournon.... ou grâce à l'accueil de tournées nationales .L'union symphonique reçoit également des spectacles dramatiques , des artistes de variétés.....parfois en entente avec le syndicat d'initiative dont Georges Balandreau était aussi à l'origine.

Roméo et Juliette

Roméo et Juliette

Parmi les grands moments de cette époque, il faut noter, pêle-mêle : Le récital Edith Piaf Yves Montand, WERTHER, Opéra de Massenet avec la grande Ninon Vallin ,"L'AIGLON d'Edmond Rostand avec Jacques Weber, Le BARBIER DE SEVILLE de Rossini, la dernière prestation de la chanteuse la plus "haute du monde" : Mado Robin) et le grand baryton Michel Dens.

Depuis 1974, Patrick Bouvard lui succède, à cette période ,et, pendant de nombreuses années il accueillera très fréquemment les tournées théâtrales parisiennes avec entre autre Alice Sapritch , Michel Galabru ,Jean Lefebvre , Denise Grey , Jackie Sardou , Serge Lama , Roland Giraud ou Annie Girardot .

Dans le domaine de la musique classique : Alexandre Lagoya et Maurice André se produiront chacun deux fois à Saint Sauveur de Crest, tout comme Maxence Larrieu et Roger Bourdin ou Yvri Gitlis et tant d'autres notamment l'orchestre philharmonique Européen dirigé par Hugues Riener qui fut une dizaine de fois notre invité dont en 1999 le "concert des 80 ans de l'union" avec pres des 400 participants.

Siegfried Bernard et Karine Gossard

Siegfried Bernard et Karine Gossard

Le lyrique sera aussi bien sur à l'honneur avec la présentation du "pays du sourire " et des "mousquetaires au couvent "avec Michel Dens "la route fleurie" avec Carlo Di Angelo,"rêve de Vienne " avec Jean Paul Caffi et l'accueil des stars de l'époque dont André Dassary ; Georges Guetary , Rudy Hirigoyen , Tony Poncet , Christian Juin, et le couple Marcel Merkes et Paulette Merval ,
Les variétés ne seront pas oubliées Gilbert Bécaud viendra à l'Eden tester sont spectacle pour l’Olympia, les compagnons de la chanson pour leur dernier récital, Véronique Sanson, Annie Cordy, Serge Reggiani les Vamps Marcel Amont , Popeck et différents chœurs dont celui de l’armée Rouge , ou le cirque de Moscou et celui de Pékin. Soit au total environs 5OO représentations durant 35 ans de mandat. .

Aujourd’hui ; l’union symphonique organisent deux événements :

Les nuits folkloriques
Depuis près de 20 ans,début juillet , les étés Crestois vivent au rythme des danse folkloriques des quatre coins du monde Ces spectacles sont gratuits pour le public et permettent à tous , sans barrière de langues , de profiter de divertissements de qualité .

La naissance d'opéra et châteaux
En 1999 Patrick BOUVARD cumulait les fonctions de président de l'union symphonique et celle des amis de l'art lyrique de Valence (Drôme Opéra).il eut l'idée de créer un festival mettant en valeur les richesses architecturales de la vallée de la Drôme par l'organisation de représentations lyriques.
Ce festival connut un succès croissant jusqu'en 2006 avant d'être abandonné par Drome opéra
La reprise de cette idée est à l’origine d’opéra et châteaux en 2008.

Propos recueillis par Jef.
Tous droits réservés.
© INF'OPERETTE et L'Opérette c'est l
a fête

Commenter cet article