Guy Fontagnère en plus de 10 questions

Publié le par Jef

Guy Fontagnère en plus de 10 questions

Jeune premier au Châtelet, il a chanté sur toutes les scènes de France et de Belgique jusque dans les années 1990. Vincent Bertand avec la collaboration de René Nivelle et Nicolas Mottard, ont rencontré Guy Fontagnère.

Comment êtes vous venu au chant ? Pour quelles raisons... ?

Par le plus pur des hasards. Je me destinais aux études "des arts et métiers" à Bordeaux ma ville natale. Pendant la guerre 40/45 je fréquentais donc cet établissement. Il se fait qu'un professeur avait des penchants pour les nazis et un jour il nous avait fait réciter un texte de propagande nazie, je ne l'ai pas admis et lui ai fait comprendre en lui envoyant ma main à la figure. Ce geste m'a valut mon renvoie immédiat. Un ami m'a inscrit au conservatoire et de là...

Quel(s) conservatoire(s) et professeur(s) avez-vous fréquenté ? Quel(s) prix avez-vous obtenu ?

Conservatoire de Bordeaux. Prof. René Lapelletrie (opéra) et Franck Caruso (pour l'opérette), j'ai obtenu tous les prix possibles à cette époque en 2 ans. J' ai un respect éternel pour ces deux professeurs qui m'ont tout appris. Franck Caruso était un professeur extraordinaire à l'opérette, car il enseignait non seulement le chant mais plus encore l'art de la comédie, et cela m'a servit pendant toute ma carrière.


Comment avez vous obtenu vos premiers engagements ? A quel âge ? La date de vos débuts ?

Dès ma sortie du conservatoire après deux ans, j'ai été engagé dans la troupe à Bordeaux comme second rôle. "Paris" dans "Roméo et Juliette" par exemple aux côtés de Césaré Vezzani ou de Georges Thill conduit par André Cluytens...J'avais à peine 19 ans. Cela remonte à l'année 1946.

Qu'avez-vous chanté à Paris ? Dans quels théâtres ? Combien de représentations ?

Ensuite encore le hasard, je chantait au Casino de Luchon quand un soir sont venus se présenter à moi 3 directeurs de théâtres, dont celui de Liège à l'époque Monsieur Ledain. et à eux trois ils ont construit ma carrière sur les prochaines saisons dans leurs théâtres. J'ai donc débuter à Liège dans "Véronique" en 1948. Le châtelet m'a ouvert ces portes pour L'Auberge du cheval Blanc pendant plusieurs mois. Ensuite sont venus "La Gaité Lyrique" avec Rose Marie et un peu plus tard une série de 750 représentations des "Mousquetaires au Couvent."


Quels sont les rôles d'opéras que vous avez chantés ?

J'ai ensuite chanté tout le répertoire de "jeune premier" à l'opérette, Danilo - Florestan - Brissac - beaucoup de "Viennois" ainsi que nombre d' ouvrages aujourd'hui oubliés. A l'opéra aussi, tout le répertoire dit "Français" Mireille - Faust - Roméo - Manon - Les pêcheurs de Perles - Carmen -....avec comme partenaires célèbres de l'époque, Mado Robin, Jeannette Vivalda - Andurant - ...José Luccioni...Plus tard, sont venus quelques rôles plus spécifiques, Le grand Prêtre de Samson et Dalila - Iago d' Othello - J'ai aussi chanté et aimé, beaucoup, Mickey de l' opéra d' Aran de Bécaud, et tant d' autres...

Quels sont les rôles d'opérettes et de comédies musicales que vous avez chantés ?

Vraiment là, je ne saurais dire. Danilo est certainement le rôle de jeune premier que j'ai le plus chanté. Le Tsarévitch fut aussi pour moi un rôle fétiche sans parler des Mousquetaires au couvent, bien sur, plus tard aussi les comédies musicales sont venues étoffer mon répertoire à Liège, La mélodie du bonheur, Oklahoma - Le plus heureux des hommes - Sud Pacifique - et Horace Vandegelder dans "Hello Dolly" aux côtés de Line May (inégalable )...mais tout répertorier serait pour moi impossible actuellement.

Dans quels pays, villes avez-vous chanté ?

Toute la France, évidemment, Suisse - Roumanie - Pologne - Canada - et bien sûr la Belgique qui a une place toute particulière dans mon cœur. Bruxelles, Gaité - Alhambra - Monnaie - et surtout Verviers et Liège sont pour moi des villes où j'ai chanter pendant 40 ans et où le publique était pour moi extraordinaire. Les soirées de "bénéfices" dans ces deux théâtres restent pour moi des souvenirs que je ne pourrais jamais oublier.


Quels sont les artistes que vous admirez et qui vous ont inspiré ?

Tout d'abord mes professeurs puis des artistes de l'époque dont j' oublie parfois les noms. Denise Andurant dans Carmen - Georges Thill en fin de carrière mais toujours aussi vaillant - César Vezzani ténor corse extraordinaire - José Luccioni magnifique artiste. Mais ce que je voudrais dire c'est le magnifique esprit de camaraderie qui unissait tout ce monde. Une anecdote cependant. Tout au début de ma carrière, n' ayant pas un cachet extraordinaire, tous les grands de l' époque m'invitaient au resto où au bistro pour prendre un verre et payaient l' addition et un jour ils m'ont dédicacé une photo où tous posaient et où ils ont écrit "...Si tu ne fais pas une brillante carrière, nous ne sommes pas digne d'en faire une "... quel magnifique encouragement pour un jeune qui débute dans le métier que de se voir dédicacer une photo par les Thill et autres.

Que pensez-vous des productions lyriques actuelles, allez-vous toujours au spectacle ? Si oui quel est le spectacle qui vous a le plus satisfait ?

Tout évidemment à beaucoup changé, soit en bien mais beaucoup en mal. Par exemple, maintenant pendant une "ouverture" on voit souvent une espèce de "mascarade" à mon époque, l'ouverture était principalement faite pour mettre l'orchestre en valeur. Les mises en scène sont maintenant réalisées par des personnes qui n'ont jamais mis les pieds sur scène et projettent leurs propres phantasmes dans une œuvre où cela n'a rien à faire...Le plus satisfait??? il y a maintenant quelques années que je ne fréquente plus les salles, mais le dernier opéra que j'ai vu était Roméo et Juliette à Bordeaux en compagnie de Mady Mesplé (qui avait le "Roméo" comme élève) et je dois dire que cela ne m'a pas satisfait comme je l' aurais espéré.

Quel était la cadence de travail lorsque vous chantiez ?

Beaucoup de représentations en tous cas, bon nombre de matinées et soirée surtout à l'opérette. Quand vous joué 750 représentations cela veux dire que tous les soirs sont du service en plus des matinées et de spectacles supplémentaires lors des fêtes de fin d' année par exemple. La programmation des théâtres était toute différente de ce que nous connaissons actuellement, plusieurs ouvrages différents par semaine, au moins 1 opéra et 1 opérette, en plus ,à Liège où je suis resté pendant 25 ans comme premier baryton et metteur en scène nous avions les déplacements dans plusieurs villes Mons - Verviers - Charleroi - Namur - Tournai - ... Il m'arrivait de chanter plus


Quel souvenir gardez-vous du fait d'avoir chanté en matinée une opérette et en soirée un opéra ?

Cela m'est arrivé quelques fois en effet et même dans des villes différentes (par trop éloignées bien sûr). A Liège par exemple j'ai chanté tous les jours de la semaine en alternance Scarpia de Tosca et Brissac des Mousquetaires au Couvent, même en matinée Brissac et en soirée Scarpia. Cela est totalement impossible à notre époque.

Combien d'années de carrière ? Vers quel âge avez-vous abordé les rôles dits de composition et pour quelles raisons ?

J'ai en réalité chanté pendant près de 55 ans. J'ai arrêter ma carrière début des années 1990.J'ai abordé en effet des rôles dits de "composition vers l'âge de 55 ans, pourquoi? la facilité de dire le texte et de jouer les personnages ne sont pas à mon avis étrangés à cette "reconversion"

Pour mener à bien toutes vos prestations, aviez-vous une hygiène de vie particulière, nourriture, etc... ?

Je ne pense pas avoir eu recours à une hygiène de vie particulière si ce n'est de dormir beaucoup et de bien récupérer. J'ai toujours "aimé la vie" et l'aime encore à mon âge. Prendre un bon apéritif et se retrouver autour d'une bonne table entre véritables amis reste pour moi un privilège que je n'ai jamais refusé.

Pensez-vous que l'opérette à encore un avenir ?

Non dans le sens que l'on lui donne actuellement. Nous, à notre époque étions formés pour l'opérette, nous avions des professeurs d'opérette, nous étions engagés pour des seconds rôles et côtoyons des artistes talentueux ce qui nous permettait de nous forger un répertoire et d'apprendre au contact des aînés, maintenant on ne monte plus guère d' opérette et les artistes abordent les rôles dans l'inconnu et ne sauraient pas briller du jour au lendemain dans un répertoire qu' ils découvrent presque.

Quels souvenirs gardez-vous de vos nombreuses années liégeoises ?

Comme je l'ai déjà dit, Liège et Verviers sont deux villes à jamais gravées dans ma mémoire. J'y ai passé les plus belles années de ma carrière, j'y ai rencontré beaucoup d' amis qui me sont restés fidèles et de plus mon fils Philippe est violoniste à l'orchestre de l'opéra de Liège, quel plus beau lien que celui là.

Quelques anecdotes ???

Une seule car cela serait trop long. Je chantais Carmen (Escamillo) en Pologne et ma surprise a été à la répétition d'avoir tous mes partenaires chantant dans leur langue et moi seul en Français...mais nous pourrions y passer la nuit...

Quels sont vos loisirs actuels ?

Pour l'heure, j'ai maintenant 87 ans et je vis retiré dans ma maison d' Arcachon près de Bordeaux où je suis né, avec ma femme, les loisirs sont ceux d'un homme de mon âge, ballade, parfois voyages, le Maroc où j'ai beaucoup chanté, l' Algérie également et tout le pays Basque qui est superbe, mots croisés tous les matins et après-midi, et pour rester fidèle à ce que je disais plus haut un bon apéritif entre amis (qui sont toujours nombreux et fidèles) n' est jamais de refus, tout comme une soirée au bord du lac de Cazau endroit idyllique du bassin d'Arcachon.

Quels sont les artistes d'aujourd'hui que vous aimez.?

Je me sens très peu concerné par le monde artistique actuel dont j'ignore la plupart des noms. Roberto Alagna cependant a retenu mon attention depuis quelques années comme un successeur des grands noms de ténors Français comme mon ami Alain Vanzo et tant d' autres. Mais vous comprendrez qu' à mon âge tout cela à bien peu d' importance, si ce n'est que d' avoir fait un métier extraordinaire que j'ai adoré et que j'espère avoir servi de mon mieux .

Merci Monsieur Fontagnère...

Nicolas MOTTARD,René NIVELLE et Vincent BERTRAND

Tous droits réservés.
© INF'OPERETTE et L'Opérette c'est la fê
te

Commenter cet article